Logo CGbandeau avril 2015

contactnous contacter

logo facebook   logo twitter Instagram Logo

Séance du 12 octobre 2020

20200607hemicycleLors de la séance qui s’est tenue ce matin au Département, nous avons demandé à la Présidente que le Département de la Drôme s’associe à la démarche portée par de nombreux Conseils départementaux contre Eric Zemmour. Nous réclamons qu’une plainte soit déposée contre le polémiste dont les propos contre les mineurs non-accompagnés sont absolument abjects et participent à la banalisation du racisme dans la société et exacerbent la haine et le rejet de l’autre. La majorité de droite a refusé de déposer plainte, au motif que le Département de la Drôme n’aurait pas été explicitement mis en cause. Nous regrettons ce refus de déposer une plainte même symbolique contre ces propos racistes qui ne relèvent pas de la liberté d’expression mais constituent un délit.

Nous avons aussi proposé un vœu à nos collègues sur l’accompagnement des élèves en situation de handicap. A chaque rentrée malheureusement, de nombreux enfants se retrouvent sans accompagnateur alors qu’un suivi individualisé ou mutualisé leur a été accordé. Les familles subissent beaucoup de stress et doivent se battre pour bénéficier du suivi qui leur est dû. Nous demandons que des moyens supplémentaires soient mis en place afin de résoudre ces dysfonctionnements récurrents et nous demandons que les situations soient anticipées.

Pierre JOUVET et Pascale ROCHAS
Coprésidents du groupe « La Drôme en mouvement »

Patricia BOIDIN, Luc CHAMBONNET, Pierre COMBES, Karine GUILLEMINOT, Zabida NAKIB-COLOMB, Muriel PARET, Renée PAYAN, Jean SERRET

 

 

 

La Drôme : un département à l’arrêt malgré une bonne santé financière !

seance22juin2020La séance d’aujourd’hui sur le compte administratif 2019 et le budget supplémantaire 2020 s’est déroulée dans un contexte complètement inédit suite à la crise sanitaire exceptionnelle que nous vivons depuis plusieurs mois.

Face à la crise sociale et économique majeure qui s’annonce et se profile déjà, le Département se devait de répondre présent immédiatement. Or, le plan de relance présenté aujourd’hui, même s’il comporte quelques mesures intéressantes, n’est pas à la hauteur des enjeux. Il aurait dû avoir une portée immédiate pour contrer au maximum les effets de la crise mais il s’exécutera sur plusieurs budgets.

Nous avions fait plusieurs propositions que la majorité n’a pas souhaité reprendre, sous prétexte que le département ne peut pas être partout : doublement des bourses départementales pour les collégiens ; augmentation de la carte Top’Départ ; fonds d’urgence pour le tissu associatif ; pour les familles les plus précaires, aide à la restauration via des bons de solidarité…
Dans la Drôme, les finances départementales permettraient pourtant la mise en œuvre d’un plan plus ambitieux avec des mesures immédiates et efficaces.

Nous regrettons très vivement cette inertie qui ne sert pas les Drômoises et les Drômois.

Nous demandons depuis plusieurs années des engagements financiers à la auteur des enjeux sociaux, économiques, climatiques qui sont devant nous, mais la majorité a clairement fait un autre choix.

Encore une fois, le compte n’y est pas, les différents budgets de la majorité ne répondent pas suffisamment aux besoins et préoccupations de nos concitoyens. A jouer au père la rigueur, notre département perd en vigueur.

Nous nous sommes donc abstenus sur le compte administratif 2019 qui témoigne du manque de dynamisme de la majorité départementale et de son refus de préparer l’avenir de la Drôme et de ses habitants.

Pierre JOUVET et Pascale ROCHAS
Coprésidents du groupe « La Drôme en mouvement »

Patricia BOIDIN, Luc CHAMBONNET, Pierre COMBES, Karine GUILLEMINOT, Zabida NAKIB-COLOMB, Muriel PARET, Renée PAYAN, Jean SERRET

Séance des questions au Préfet de la Drôme

20200607hemicycleLors de la séance qui s’est tenue ce matin au Département, nous avons souhaité interroger Monsieur le Préfet sur les moyens qui seront garantis pour notre système de santé, mis à mal depuis plusieurs mois. La grave crise sanitaire que nous venons de vivre a mis en lumière les conditions déplorables qui font le quotidien des soignants. Ils ont dû faire face au manque de personnel, au manque de moyens ; ils ont su s’adapter face au manque de lits de réa, de matériel, de médicaments parfois ; ils n’ont pas abandonné le terrain malgré la peur, la tension. Le SEGUR de la santé doit être à la hauteur des attentes et besoins des personnels qui ont su tenir durant la crise.

Nous sommes aussi revenus sur la prise en compte de nos aînés durant la crise. Touchées par les formes les plus graves et fatales du COVID, les personnes âgées ont dû être particulièrement protégées et isolées durant la crise. Une attention particulière doit leur être portée pour limiter les situations critiques.

Nous avons également interpellé Monsieur le Préfet sur la situation de la génération COVID face à la crise. Les moins de 25 ans seront les principales victimes de la crise économique qui s’annonce. Les inégalités vont encore se creuser, la colère et la peur du déclassement risquent de s’amplifier. Des solutions concrètes doivent être mises en œuvre pour éviter que cette génération soit la génération sacrifiée.


Pour finir, nous avons alerté Monsieur le Préfet sur les conséquences économiques et sociales sérieuses et durables de la crise sanitaire, en lui demandant quelle sera la déclinaison drômoise des mesures mises en place afin de contrer et limiter les conséquences du confinement.

Pierre JOUVET et Pascale ROCHAS
Coprésidents du groupe « La Drôme en mouvement »

Patricia BOIDIN, Luc CHAMBONNET, Pierre COMBES, Karine GUILLEMINOT, Zabida NAKIB-COLOMB, Muriel PARET, Renée PAYAN, Jean SERRET

COVID-19 : un plan d’urgences sociales et économiques

Depuis plusieurs semaines, nous vivons une période exceptionnelle de confinement pour lutter contre la propagation du COVID-19.

Nous avons d’abord une pensée particulière pour notre collègue Hervé Chaboud et nous lui adressons tous nos vœux de convalescence.

Lors de la séance de l’Assemblée départementale en visio-conférence le 27 avril, nous avons demandé la mise en place rapide d’un groupe de travail post-COVID afin de préparer le déconfinement et permettre l’adoption d’un plan d’urgences sociales et sanitaires pour les personnes, les familles et les acteurs économiques en difficulté afin de les aider à faire face aux conséquences de la crise sanitaire.

Dans ce cadre, nous avons déjà fait des premières propositions :

· plan de soutien pour l’économie et les acteurs locaux, coordonné avec la Région, les EPCI et les Chambres consulaires : tous les secteurs économiques, et plus particulièrement dans la Drôme, les secteurs agricole, horticole, touristique, l’hôtellerie-restauration… sont touchés de plein fouet par les mesures de confinement.

· vigilance particulière pour le tissu associatif avec le maintien des subventions aux associations, y compris pour les événements qui ont dû être annulés. Les structures associatives jouent un rôle de maillage territorial important et participent pleinement au dynamisme de nos communes et le Département doit les soutenir pleinement.

· plan pour les EHPAD et les services d’aide à domicile pour leur permettre de faire face aux dépenses exceptionnelles liées à la crise.

· plan de soutien aux familles des collégiens les plus modestes qui voient leurs dépenses alimentaires augmenter alors que leur revenu diminue souvent : notre groupe propose ainsi de doubler les bourses départementales dès à présent.

Le Département a plus que jamais un rôle essentiel à jouer pour assurer la solidarité humaine et territoriale.

Les publics les plus fragiles sont encore plus vulnérables face à la crise et le Département doit être à leurs côtés.

Nous tenons également à saluer l’ensemble du personnel départemental qui est extrêmement mobilisé pendant la crise pour assurer la continuité du service public essentiel à nos concitoyens.

Lundi 16 décembre 2019 : budget 2020

Séance publique 4 février 2019 assembléeBudget 2020 : le compte n’y est pas !

Force est de constater, à la présentation du budget 2020, que nous ne retrouvons pas la déclinaison d’actions concrètes et ambitieuses pour répondre à l’urgence climatique et à l’impératif d’une Drôme plus solidaire, qui accompagne toutes celles et tout ceux qui en ont besoin. Le compte n’y est pas, ce budget ne répond pas suffisamment aux besoins et préoccupations de nos concitoyens.

Depuis des années, la majorité départementale a fait le choix de travestir la réalité et de se cacher derrière diverses excuses (baisse des dotations, loi NOTRe…) afin de justifier certaines coupes, parfois idéologiques, et d’arrêter de porter et défendre des projets innovants et structurants pour la Drôme.

Le budget reste un exercice d’affichage pour cette majorité qui dit reprendre les investissements. Mais au-delà de cette communication, nous attendons toujours des mesures d’investissement concrètes et visibles.

Nous avons aussi demandé des actions immédiates pour répondre aux besoins et préoccupations de chacun, finançables immédiatement avec l’enveloppe « dépenses imprévues » qui n’a jamais été sollicitée :

- subvention en solidarité avec la commune du Teil et des communes drômoises suite au séisme du 11 novembre ;
- plan pour les aidants pour leur offrir des solutions de répit ;
- engagement d’une réflexion sur l’enfouissement des réseaux, mesure urgente mise en avant lors des dysfonctionnements engendrés par l’épisode neigeux de novembre ;
- augmentation de la contribution au SDIS pour permettre un véritable plan de recrutements et faire ainsi face à la hausse des interventions.

Nous nous abstenons sur cette vision budgétaire qui n’est pas gage d’avenir pour la Drôme et ses habitants.